La cocaïne oscille entre légalité et illégalité depuis sa découverte

 

1. La cocaïne dans les dynasties Incas il y a plus de 3500 ans.

 (Les mots soulignés sont définis dans l'onglet LEXIQUE)

 Feuilles de coca

Feuilles de coca

 

 La cocaïne n’a pas toujours été considérée comme une drogue. 

Ce sont les dynasties Incas qui, les premières ont révélé tout le potentiel contenu dans la feuille de coca.

En effet il y a plus de 3500 ans les feuilles de coca constituaient l'un des symboles les plus importants de la culture andine. On a pu observer cela en retrouvant des vestiges de tombes de Huanco Prieto dans le Nord du Pérou. La coca était principalement associée par les civilisations précolombiennes (civilisation établie sur le continent américain avant l’arrivée de Christophe Colomb) aux rites divinatoires ou sacrificiels car ils associaient l'origine de la coca au dieu Inti.

Lors des sacrifices, les Incas  jetaient des paniers de coca dans le feu avec les animaux. Les morts étaient déposés dans leur niche avec des offrandes dont un petit sac contenant des feuilles. Lors de chaque labour, semaille, récolte, et même quand ils franchissaient un col ou passaient devant des lieux sacrés de la montagne, ils offraient de la coca mâchée. De telles pratiques existent toujours. 

Les Incas utilisaient la plante au cours de leurs rites divins. Dans les villages andins, selon leurs mythes, la terre et les lieux sacrés communiquaient avec les humains à travers la coca, mais tout le monde ne savait pas en décrypter le message.  En faisant tomber les feuilles de coca, certains spécialistes observaient leur forme et annonçaient un bon ou mauvais présage. Elle était employée aussi comme intercesseur pour entrer en communication avec l'autre monde, elle etait au centre des spiritualités des peuples.

 Les sociétés précolombiennes utilisaient également la feuille de coca comme une drogue stimulante. En effet, en la consommant sous forme d'une chique que l'on mastiquait pendant des heures, l'usager ne ressentait plus la faim, et se protègeait du froid des altitudes. Cependant elle était réservée à l'élite de la hierarchie sociale : les nobles et les religieux.

 Les Incas se sont vite rendus compte que les feuilles pouvaient être des arguments politiques et économiques. La plante prend un essor géographique considérable au fur et à mesure du développement de l'empire Inca et de ses conquêtes. La culture s'étend du sud de la Colombie au nord de l'Argentine.

Durant le 16ème siècle, lors de la colonisation espagnole, la culture de la coca va s'amplifier car elle est importante pour l'économie sud-américaine.

 Cependant l'Eglise prélève des impôts sur ce commerce même si elle considère cette plante comme le "talisman du diable" des tribus autochtones. Malgré la taxation de la religion sur cette agriculture, les Incas continuent de la cultiver, et de la consommer , car les effets de cette feuille leur font oublier les fatigues du travail.

La cocaïne était alors un produit légal, car il était indispensable pour l'économie, et les rites divinatoires de la population.


2. L'arrivée de la cocaïne en Europe dès le 15ème siècle

 

 (Sigmund Freud (1856-1939))

 

En 1475, les Incas parvenaient à extraire de la coca, une huile essentielle anesthésiante locale avec laquelle ils faisaient les trépanations cérébrales pour ôter les tumeurs. Vingt quatre ans plus tard, l'évêque de Tanger, Diego Ortiz de Vihegas, fait connaître les vertus de la coca en Europe. Mais ce n'est pas le seul, par la suite, les voyageurs et les savants ayant découvert certaines vertues de la plante en vantent les mérites dès leur retour en Europe.

 La première description scientifique de la feuille de coca remonte à 1750, lors du retour d'Amérique du Sud du botaniste français, Joseph de Jussieu. En 1855  un savant allemand, Friedrich Gaedcke, réussit à isoler la cocaïne contenue dans la feuille de coca. Cinq ans plus tard, un autre Allemand, Albert Nieman, élabore la cocaïne purifiée telle que nous la connaissons aujourd'hui.

 C'est un certain Angelo Mariani, chimiste corse, qui dépose les brevets de plusieurs produits de sa composition. Des pastilles à la coca, du thé à la coca et un vin aux extraits de coca, dont on vante les propriétés tonifiantes et qui remporte un vif succès commercial. Il devient célèbre dans toute l'Europe. Mais il est vite éclipsé sur les marchés par une autre boisson : en 1886 un pharmacien américain, John Smith Pemberton s'inspire du vin Mariani pour  élaborer  une potion stimulante à base de coca et de noix de cola. En 1887, un homme d'affaires, Asa Griggs Candler rachète les droits et fonde la Coca-Cola company...

 Au 19 ème siècle la cocaïne a été utilisée contre les maladies respiratoires telles que la tuberculose, l'asthme et l'insuffisance respiratoire. Elle a aussi été consommée, en particulier par Sigmund Freud,  qui fut amené à explorer ses effets. Il l'a utilisé sur sa propre personne pour le soulager de ses maux de tête et de sa dépression, puis il l'employa pour un usage créatif (pour rédiger ses oeuvres) ou lors de ses sorties mondaines.

 L'ophtalmologue, Carl Koller, ayant essayé la cocaïne sur le conseil de Freud, et le physiologiste Leopold Königstein ont appliqué les observations déjà faites sur le produit et pratiqué avec succès une anesthésie locale en chirurgie humaine. Ils présentent leurs travaux  à la société des médecins de Vienne, le 17 octobre 1884 dans un contexte ou l'anesthésie locale est inconnue : la cocaïne est alors présentée comme "miraculeuse".

 Dès 1880 la cocaïne devient populaire aux Etats Unis ; elle est administrée  comme tonique et comme désintoxication à l'alcool, l'opium et la morphine.

Dix ans après, la cocaïne est devenue le composant principal de nombreux élixirs et d'autres potions toniques.

 Et c'est en 1885  que le président de la Bolivie Victor Paz Estensorro autorise  la fabrique de la cocaïne.

 Elle était incorporée dans les cigares les cigarettes, les Chewing gum et aussi dans de nombreuses boissons. Les doses utilisées à cette époque n'étaient pas anodines et on dénombra en 1891, 200 morts par overdose.

 

3. La cocaïne considérée comme une drogue au 20ème siècle

 

 Echantillon de poudre de cocaïne

 

En 1905 Einhom synthétise la cocaïne ;  la cocaïne naturelle est alors retirée du marché.

 Aux Etats Unis, neuf ans plus tard, 46 des états américains ont mis sous contrôle l'utilisation et la distribution de cocaïne, dans le but de faire baisser la criminalité. Cette même année l'usage, autre que médical , de la cocaïne est prohibé. Et c'est en 1950 que les Nations Unies  décident l'éradication de la coca. Cette décision fait suite à une étude des fonds banquiers nord américains selon laquelle la coca produit un retard mental.

 Par la suite le président de la Bolivie, Victor Paz Estensorro, accepte la convention de Genève sur la coca, s'engage à éradiquer la culture de cette plante et à en interdire la mastication d'ici l'année 1986.

 En Europe, dès 1910, la cocaïne quitte le cercle restreint des consommateurs fortunés et gagne, notamment à Paris, les milieux de la prostitution et de la jeunesse. On la retrouve dans les salons des Champs-Elysées où certaines personnes se rencontrent pour priser cette drogue. Les surréalistes s'en emparent également et l'utilisent comme un moyen d'inspiration. En effet, jusqu'au début des années 20, l'industrie pharmaceutique produit des centaines de tonnes de cocaïne en Allemagne, en Hollande, en France, en Italie et en Grande-Bretagne.

 En 1924, Paris compte environ 80 000 cocaïnomanes et la police française saisit de nombreux kilos de cette drogue. Par la suite, sa consommation s'atténue ; à la veille de la seconde guerre mondiale les médias français l'associent à un fléau germanique. Mais dans les années 70, elle revient en force. De nombreuses conventions se mettent en place contre le trafic illicite des stupéfiants , notamment celle de Vienne, qui  définit les principes d'une coopération internationale pour en surveiller la circulation de cocaïne.

 En 1970, en France, une loi est instaurée, elle réprime l'usage et le trafic des stupéfiants. Cette loi a évolué au fil des années.

 Cependant, durant une bonne partie des années 1980 - 1990  la cocaïne est associée aux classes aisées, notamment aux milieux politique, de la chanson, du cinéma, qui la consomment dans un but de dopage.

L'augmentation exponentielle de la production de cocaïne contribue à faire chuter les prix de revente à la dose. Elle est consommée dans divers  milieux depuis les années 2000. Le 5 mars 2007, une nouvelle loi est mise en place, les sanctions sont plus proportionnées et plus faciles à mettre en oeuvre.

 Aujourd'hui, en dehors des pays où la mastication est traditionnelle, aucune préparation licite ne peut contenir de coca ou de cocaïne, et la France se bat pour la bannir définitivement.

 

En conclusion, la cocaïne a connu d'autres utilisations avant de devenir la drogue que l'on connaît aujourd'hui. L'illégalité de la cocaïne est assez récente, cependant elle ne l'est pas partout dans le monde,  c'est l'homme qui l'a rendue aussi nocive et c'est lui qui en paie les conséquences. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×